Posted on avril 7, 2018

Je suis étonné de l’infini mouvement de l’océan, n’y tient pas le silence, ni l’immuable… Le pouvoir d’en arracher ne serait-ce qu’un morceau n’est qu’un rêve disséqué, déjà dérisoire… Je suis étonné de l’infinie vivacité de la misère, n’y tient pas la patience, ni la certitude… La clarté qui surgit de ses entrailles contient la source : le désir.

Categories: Poème

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

footer-logo

Copyright © 2020 Robertfred All Rights Reserved. Developed by Algopage

TOP